Sélectionner une page

Ce qui pourrait vous énerver au Costa Rica et qui me fait sourire

avril 2019

 Suite à une publication vue sur un groupe américain, voilà deux ou trois choses que vous ne découvrirez pas dans mon livre et que j’ai pourtant aussi vécues.

1) Les Costariciens s’arrêtent régulièrement au milieu de la route pour déposer et, ou pour prendre des personnes dans leurs véhicules et tout cela dans l’indifférence la plus totale – personne ne klaxonne et tout le monde attend bien gentiment, enfin, sauf si vous avez un Européen ou un Américain mal luné qui n’a pas compris que c’est à lui de s’acclimater au pays et non le contraire !

2) Il se peut aussi que vous soyez arrêté par la police pour non-port de ceinture de sécurité alors qu’à côté de vous et au même moment un pick-up passe et que dans la benne arrière, il y a six hommes, deux enfants et deux chiens assis qui passent sans qu’aucun des policiers ne tique (j’avoue que cela peut être rageant, mais cela ne pourrait pas m’arriver vu que je mets toujours ma ceinture !)

3) Les Ticos aiment parler et il m’est également arrivé de me retrouver à la caisse d’un supermarché où le caissier et le client parlaient tranquillement comme s’ils étaient au café.

4) Également au supermarché et déjà vécu, c’est le caissier qui va emballer les courses et les Ticos aident rarement le caissier à mettre leurs courses dans les sacs. À chacun son boulot, pensent-ils sans doute, et n’ont-ils pas raison ?

5) Il y a généralement et dans beaucoup de magasins trois personnes qui vous servent : le premier introduit l’objet de votre achat dans un ordinateur, le deuxième encaisse le montant de la facture et le troisième vous remet la marchandise : c’est le plein emploi !

6) Les bus peuvent stopper tous les trois cents mètres, en fonction des besoins de chacun, en fait, c’est presque le même principe qu’un taxi partagé, et moi, je trouve cela plutôt sympathique.

Pura Vida

 Diego Rica

Mon livre : pour qui ?

Share Button