Sélectionner une page

Le fourmilier

29 aout 2018.

Tamandua du Mexique au parc Corcovado

 J’étais parti pour faire un article sur le Tamandua du Mexique lorsque j’ai découvert un article très bien écrit sur ce sujet sur le site Costa Rica Découverte.

Je vous invite donc à suivre ce lien et moi, je vais vous parler du Tamanoir, son cousin, aussi nommé fourmilier géant.

C’est l’espèce la plus grande de sa famille avec une moyenne de deux mètres pour un poids moyen de 35 kilos pour les mâles et de 30 pour les femelles.

Le fourmilier géant déambule sur ses phalanges avant, semblables à des singes africains comme le gorille. Cela lui permet de garder ses griffes intactes tout en marchant. Les pattes de derrière, contrairement aux pattes avant ont des griffes courtes et sont utilisées de manière plantigrade (qui marchent sur la plante des pieds).

Il se nourrit principalement de fourmis et de termites, en utilisant sa longue langue collante pour les recueillir. La langue qui est attachée au sternum, mesure environ 50 cm et au cours de l’alimentation, elle entre et sort environ 160 fois par minute (près de trois fois par seconde). Comme il n’a pas de dents, l’animal serre la bouche de manière à empêcher les aliments de s’échapper et les avale. Avant d’être avalés, les insectes sont écrasés contre le palais.

L’estomac du tamanoir, semblable au gésier d’un oiseau, utilise de fortes contractions pour broyer les insectes. Le processus de digestion est assisté par l’ingestion de petites quantités de sable et de terre. Le fourmilier géant ne peut pas produire d’acide gastrique de son propre chef, et utilise donc l’acide formique de ses proies pour la digestion.

Il a une mauvaise vue, mais son odorat est 40 fois plus développé que celui des humains et donc il piste ses proies par leurs odeurs. Après avoir trouvé un nid, il verse des larmes pour humidifier et assouplir le sol et creuse au moins légèrement avec ses longues griffes de devant puis insère sa longue langue collante pour recueillir ses proies. Un fourmilier passe en moyenne une seule minute par nid pour s’en nourrir (passé ce délai, il pourrait être chassé par les attaques mordantes des soldats ou des éjections chimiques) et peut visiter jusqu’à 200 nids par jour et consommer 30 000 insectes.

Le tamanoir est un bon nageur et est particulièrement vulnérable aux incendies en raison de ses mouvements lents et de son pelage épais, mais ses menaces sont plutôt d’origine humaine : collisions avec les véhicules, les attaques de chiens, et la destruction de l’habitat.

Originaire d’Amérique centrale et du Sud, il a pourtant disparu en Uruguay.

Les individus vivent le plus souvent seuls, exception faite des femelles qui allaitent leurs petits ou des mâles courtisant les femelles. Un couple peut rester ensemble pendant trois jours, et s’accoupler plusieurs fois au cours de cette période. La gestation dure environ six mois pour un seul petit, qui pèse généralement autour d’un kilo et demi.

Les nouveau-nés naissent avec les yeux fermés et commencent à les ouvrir au bout de six jours. La mère porte son petit sur son dos. Après trois mois, le petit commence à manger des aliments solides. La mère nettoie sa progéniture et le toilettage qui est particulièrement prononcé pendant les trois premiers mois, décline progressivement jusqu’à l’âge de neuf mois, se terminant au dixième mois où il est entièrement sevré. Ils sont sexuellement matures entre 2,5 et 4 ans.

Bien que timide et généralement tenté d’éviter les humains, on rapporte des cas de spécimens de cette espèce ayant tué ou blessé des humains qui leur avaient fait du mal ou les avaient trop acculés.

Vous voilà prévenus !

 Diego Rica

La faune du Costa Rica

La carte du Costa Rica et ses trésors

vous désirez Vivre au Costa Rica et réussir votre expatriation ? Mon livre – votre meilleur investissement

Share Button